Le Brut touche au but…

SONY DSC

L’élaboration d’un grand vin effervescent requiert une discipline de tous les instants: du choix précis de la date des vendanges à la finesse des pressurages, de la stricte sélection des moûts à la composition de la liqueur de tirage, chaque étape doit faire l’objet d’attentions spécifiques. Dans le cas du Tsampéhro Brut Edition I, une maturité optimale des trois cépages de l’assemblage (Chardonnay, Pinot Noir et Petite Arvine) a été assurée par Joël Briguet. Puis, un pressurage délicat et une élimination rigoureuse des « jus de tête et de rebêche » (opération qui réduit le volume de jus de près de 30%…) ont été conduits par Vincent Tenud. Ainsi, au début de l’année 2012, un vin de base prometteur a été pris en charge par Xavier Chevallay à Genève – grand spécialiste de l’élaboration de vins effervescents – pour effectuer la « prise de mousse » selon la méthode traditionelle. Cette seconde fermentation du vin fini en bouteille, initiée par l’adjonction d’une liqueur de tirage (contenant des levures et un peu de sucre), va générer l’effervescence en la transformant en alcool et en gaz carbonique. Puis durant presque deux ans, les fines lies (levures qui ont rendu l’âme…) vont progressivement donner au Tsampéhro Brut ses lettres de noblesse, en agissant sur la finesse de l’effervescence et sur le caractère aromatique et sensoriel du vin. Enfin, l’ultime opération (le dégorgeage) s’est déroulée récemment, avec le retrait de la bouteille du dépôt de lies, auquel on a délicatement substitué une liqueur de dosage, très légèrement sucrée toutefois (à 3g/l pour un caractère Extra-Brut)…fin prêt pour la livraison (dès le 23 novembre) !