Vendanges 2014…Édition IV déjà !

SONY DSC

Les vins de l’Edition IV terminent tranquillement leur deuxième fermentation, et ainsi, le cycle des vinifications de la vendange 2014 prendra fin, pour laisser place à la longue phase de maturation et d’élevage. Jetons toutefois un dernier coup d’oeil dans le rétroviseur et analysons les « fondamentaux » de cette dernière vendange. Et pour commencer, avouons humblement que nous attendions 2014 comme l’avènement d’un millésime plus généreux pour les vins du Clos de Tsampéhro, notamment grâce aux premières récoltes de jeunes vignes récemment installées…mais c’était faire fi des caprices de Mère Nature qui nous aura réservé bien des surprises !

SONY DSC

La saison avait pourtant bien commencé: une floraison idéale par un début de printemps radieux laissait entrevoir une belle récolte. Mais juste avant l’été, la météo ne tenait déjà plus ses promesses et nous réservait, avec force et fracas, coups de vent et humidités récurrents, mettant toute la profession sous haute tension. Joël Briguet a dû redoubler d’effort pour conduire le vignoble dans ce contexte difficile et…à la fin de l’été, alors que la situation apparaissait finalement sous contrôle, un invité surprise engendrait un nouveau défi de taille: la mouche Suzuki ! Jusqu’alors quasiment inconnue dans le vignoble valaisan, ce petit insecte semait la panique dans les coteaux: sa soif de raisin a provoqué des dégâts irréparables sur certains secteurs viticoles, engendrant pourriture acide et parfums de vinaigre. Heureusement, la bonne situation topographique du Clos de Tsampéhro, ainsi qu’un tri ultra-minutieux des baies récoltées nous permettait de réaliser l' »impossible »: une vendange parfaitement saine !  Au final, la seule conséquence fâcheuse de toutes ces acrobaties pour le millésime se résume à une baisse potentielle du nombres de flacons disponible à l’automne 2016…