Escapade bourguignonne: première étape…

Comme chaque année, le quatuor Tsampéhro s’est autorisé au mois de juin un « voyage d’étude » œnologique à la fois technique et…hédoniste. Ces escapades nous permettent de découvrir d’autres savoir-faire dans des régions viticoles de premier plan et de les intégrer…un peu…dans nos pratiques, sans pour autant bouleverser nos solides bases de travail et nos convictions. C’est bien souvent par une série de tout petits détails dans les protocoles viticoles, œnologiques ou même commerciaux qu’on peut encore faire avancer notre quête d’absolu bacchique. Ainsi, après une incursion en terres bordelaises sur la thématique de l’élevage des vins rouges en 2013, et un périple champenois en 2014, nous avons choisi cette année de nous confronter à un des « lieux saints » de la production de vins blancs, à savoir la Bourgogne, au travers d’une sélection de ses plus beaux domaines. Ci-après un compte-rendu, étape par étape et en plusieurs billets, de ce séjour magique:

Bourgogne 53

 Découverte du vignoble de Bruno Lorenzon à Mercurey 

Etape 1: pour joindre l’utile à l’agréable lors du voyage « aller », nous avons marqué une première pause dans le Mâconnais chez l’une des étoiles montantes de cette partie sud de la Grande Bourgogne : Bruno Lorenzon. Il nous accueille dans son fief de Mercurey, dans le vignoble, où après une courte séance explicative nous prenons immédiatement la mesure de l’originalité de son travail à la vigne, avec notamment une gestion du feuillage qui ne subit pratiquement pas de « rognage » durant la saison et un labourage hyper-minutieux des sols. Nous dégustons ensuite quelques crus du domaine directement sur pièce. Les élevages sont précis, tout est là pour révéler des vins au plus près du terroir et du millésime. Au fil de nos conversation, filtre aussi l’étendue de l’expérience acquise par Bruno tout au long de son passé de consultant oenologique à travers la planète…Belle rencontre.

IMG_6799 1

Jardin botanique médicinal du Domaine de la Vougeraie

Avant de rejoindre notre lieu de villégiature, nous effectuons encore une halte dans un des plus beaux domaines de la Côte de Nuit à Premeaux Prissey, le Domaine de la Vougeraie. Nous sommes reçus par Pierre Vincent, son régisseur (ancien collègue de promotion d’Emmanuel Charpin), récemment distingué « Meilleur Vinificateur de vin rouge » par l’International Wine Challenge (il était par ailleurs déjà détenteur du titre en 2010 !).

Bourgogne 6

Le chai du Domaine de la Vougeraie

Pierre nous fait tout d’abord découvrir son jardin de plantes médicinales destinées aux traitement biodynamiques du domaine. Puis, il nous explique que les douelles des barriques utilisées par l’exploitation sont séchées sur place afin d’en contrôler le cycle de maturation…Il nous dirige enfin vers le chai à barrique, dédale de salles et de niches dédiées à l’élevage de grands vins, pour une véritable dégustation de privilégiés…d’autant plus que la cave est loin d’être pleine, fâcheuse conséquence d’une succession de millésimes peu généreux (météo compliquée, grêles, coulures, etc.).

Sur ce dernier point, nous retrouvons quelques similitudes avec notre contexte valaisan…avant de devoir reprendre, conquis, notre chemin jusqu’au Château de Melin à Auxey-Duresse, où nous allons séjourner.

Bourgogne 8Notre demeure durant le séjour : Le Château de Melin à Auxey-Duresses (Famille Dumay-Derats)