Escapade piémontaise pour Tsampéhro – Part. 3

La troisième et dernière journée de notre « voyage d’étude » est consacrée exclusivement à Barolo et démarre par une visite au domaine familial d’Aldo Vajra. Depuis sa fondation en 1986, la maison Vajra, située au cœur même de l’appellation  est une véritable référence: Aldo Vajra, après trois décennies de travail acharné et d’investissements successifs cultive aujourd’hui près de 100 hectares de vigne. Passionné de vin depuis son plus jeune âge, il a réussi à transformer la petite exploitation de ses grands-parents en une des locomotives de la région. Écouter Aldo parler de son parcours, c’est tomber instantanément amoureux du Barolo, tellement sa passion pour son métier et sa région est communicative.

L’équipe du domaine comprend également son épouse et leurs trois enfants, Giuseppe, Francesca et Isidoro, tous aussi « habités » que leur père lorsqu’ils vous parlent des différences de terroir entre vallons et vallées et de leur belle philosophie du vin. Les vins proposés sont d »une très grande tenue, et devrait encore pouvoir bénéficier des nouveaux aménagements en cours: sur le plan viticole, le domaine est en effet en pleine effervescence, avec la totalité du vignoble sur le point de basculer dans une approche bio, et sur le plan structurel, d’impressionnants travaux d’agrandissement des espaces de vinification sont en voie de réalisation.

Plusieurs similitudes donc – très humblement – avec nos ambitions au Clos de Tsampéhro, et ce jusque dans la confiance qu’Aldo place également dans la tonnellerie Garbellotto pour ses cuves de vinification en bois. C’est ensuite sa fille Francesca qui se charge de nous faire déguster quelques cuvées, dont cinq crus parcellaires différents de Barolo : Albe, Bricco Viole, Ravera, Baudana et Ceretta. «Dulcis in fundo», avant de quitter la table, un Barolo Chinato nous ramène la vigueur nécessaire pour poursuivre notre balade.

Oups ! changement radical d’ambiance et de philosophie à Cannubi, le lieu-dit le plus célèbre du Barolo, où L’Astemia Pentita a pris ses quartiers. Alors même que cette nouvelle exploitation se définit comme un point de rencontre et d’équilibre entre la tradition des vins de la région et la modernité, il nous apparaît rapidement que le marketing avant-gardiste l’emporte largement à ce stade. L’architecture « caisse de vin » audacieuse de l’espace de vente et de dégustation a, bien entendu, généré une vive polémique entre les deux courants de pensée. Et le packaging et la forme pour le moins originale des flacons ont encore délibérément renforcé le trait.

Nous sommes accueillis par Daniele Mauro (œnologue et chef technique), accompagné de Svetlana Melnichenko (directrice commerciale). Après une visite des installations, nous dégustons une série de vins du Barolo (Terlo et Cannubi), dont certains encore en élevage. Les vins sont fins, précis et travaillés fidèlement à l’esprit de l’appellation. Et c’est paradoxalement au cour de cette visite que nous découvrons une cuvée issue des cépages Arneis et Nascetta, anciennes variétés de raisin blanc, ainsi qu’un joli Dolcetto, qui tous les deux détonnent un peu avec le style futuriste des lieux.

Une pluie soudaine nous contraint à trouver refuge au cœur du village même de Barolo pour déjeuner dans le cadre simple et design du « Winebar Barolo and Friends ». Une halte parfaite pour poursuivre notre apprentissage de la gastronomie régionale et prolonger ce plaisir en compagnie de Lorenzo Corino, un grand homme du vin du Piémont. Au nord de l’Italie, tous les vignerons le connaissent et l’appellent respectueusement : «il Professore ».

En fait, Lorenzo Corino est avant tout un docteur en agronomie et professeur à l’Université d’Asti. Son domaine de recherche principal est la relation plante-sol, ce qui l’a amené très tôt, au début des années 1970 déjà, à conseiller activement les domaines viticoles qui souhaitaient travailler en bio. Mais la famille de Lorenzo a aussi toujours été vigneronne, et partisane de la vinification dans la plus pure tradition «à l’ancienne». Il nous rejoint juste avant de donner une conférence en fin d’après-midi (suite au lancement de son dernier ouvrage sur le vin), et c’est un privilège de pouvoir échanger nos vues avec lui, notamment sur la problématique de l’entretien des sols en Valais. En effet, dans notre volonté de valoriser le terroir et la « notion de terroir », c’est un défi que nous avons choisi de relever dès le départ au Clos de Tsampéhro: s’affranchir progressivement des herbicides et affiner au plus près la symbiose du sol et de la plante. Nous donnons rendez-vous à Lorenzo en terres valaisannes pour un check-up !

Le voyage s’achève avec la visite de la cave d’Enzo Boglietti sur la commune de la Morra. Au cours de la dernière décennie, les frères Boglietti se sont fait connaître comme l’un des domaines phares de la région de La Morra (Langhe, Piémont), en développant un impressionnant portefeuille de cuvées de grande qualité, encensées par la presse internationale. Ce sont donc six cuvées de Barolo de différents terroirs, trois de Barbera, quatre de Langhe sur plusieurs cépages, deux de Dolcetto complétés par une cuvée de Chardonnay et un vin effervescent, que nous dégustons… et parfois même sur plusieurs millésimes…des vins profilés sur le charme et la rondeur, offrant souvent une bouche suave et solaire.

Le chemin du retour se fera au lendemain d’une soirée – sans truffes blanches toutefois – dans la ville d’Alba, avec un chouette dîner à l’Osteria La Libera, durant lequel quelques derniers flacons de Barolo finiront de nous convaincre de la réputation méritée des vins piémontais. Enfin, durant les quelques trois heures de routes qui nous ramène en Suisse, nous engageons le traditionnel grand débriefing pour dégager les enseignements et les pistes à suivre pour faire progresser encore les vins du Clos de Tsampéhro: l’élevage en barrique d’un volume plus généreux que 225l en est une (elles arrivent !) et quelques techniques de gestion des sols en sont d’autres.

Félicitations et « grazie mille » à notre sherpa Michele pour ses « lumières » œnologiques tout au long du voyage et la parfaite organisation de notre séjour !

Escapade piémontaise pour Tsampéhro – Part. 2

Après une bonne nuit de repos à Gattinara, nous prenons la direction de Monferrato et de ses terroirs calcaires. Toujours à la recherche du Graal en matière de vin effervescent, nous commençons par visiter l’exploitation de la famille Cane. Guidé par l’esprit et l’expérience transmise par leur paternel, Marco et Alberto Cane proposent, en effet, une superbe sélection de vins travaillés selon les principes de la méthode traditionnelle.

Alors que l’on se trouve en terrain conquis par le cépage Muscat (pour l’élaboration des fameux « Moscati »), ce sont les variétés propres à la Champagne qui sont mises en avant par le duo: plusieurs cuvées de Pinot Noir et Chardonnay se distinguant par des choix d’assemblages et de dosages très différents (cuvées classique, rosé, blanc de blancs, extra brut, ainsi qu’une cuvée originale sans SO2). La force du domaine réside dans la maitrise complète de la chaine d’élaboration, de la vigne au dégorgeage, et dans une approche originale et haut-de-gamme, se départissant des standards d’une région orientée vers la production de masse. Un bel exemple à suivre pour notre cuvée Extra-Brut !

Après la dégustation, c’est au tour du gel de printemps de s’inviter dans la conversation (nettement ressenti dans la région à l’instar du canton du Valais), pour passer ensuite au fléau de la flavescence dorée sévissant déjà sur le Chardonnay…

Peu après, nous poursuivons notre périple en nous rendant au cœur d’un véritable « écrin viticole » au beau milieu d’une réserve protégée par le WWF. La famille Scaglione produit au «Forteto della Luja» plusieurs nectars réputés à partir de raisins de Muscat passerillés. Nous goutons bien sûr au fameux vin doux « Piasa Rischei » produit en DOC «Loazzolo» : un liquoreux vinifié et élevé pendant deux ans en barriques et offrant un bouquet de pêche, d’abricot et de vanille aux charmes plutôt oxydatifs, une belle découverte ! Puis, on passe sans transition à notre premier Barbera (cuvée «Mon Ross»), puis à un second, «Le Grive», mais assemblé celui-ci à du Pinot Noir… Nous restons marqué par la beauté majestueuse et le calme d’un lieu, où de nombreuses variétés d’orchidées poussent naturellement…

Difficile départ de l’ « oasis » pour une première immersion sur les terres du Nebbiolo, en débutant l’exploration par un déjeuner au cœur même du village de Barbaresco, fief de la Cave coopérative éponyme et de la maison Gaja. Une belle portion de Tajarin à la Trattoria Antica Torre (pâtes très fines aux œufs frais comptant parmi les recettes les plus célèbres du Piémont)  nous remet suffisamment d’aplomb pour rejoindre Luca Cravanzola, officiant à la dite cave coopérative, et suivant en cela les traces de son grand père fondateur.

Très loin du cliché de la production de masse, la coopérative s’est fixée de hautes exigences dans la production de ses vins. Il s’agit à 100% de Nebbiolo sans encavage d’aucun autre cépage et chaque coopérateur s’engage à livrer le 100% de sa propre production de Nebbiolo. En contrepartie, la cinquantaine de vignerons partenaires sont rémunéré selon un judicieux barème de bonus-malus basé sur les propriétés œnologiques du raisin, mais aussi associé aux résultats financiers de la cave. Cette dernière produit ainsi l’équivalent de 500’000 cols, représentant près de 12 % du volume total de Barbaresco produit Dans la région, et par le biais d’un impressionnant outil de travail alliant modernité, espace et technologie.

A la dégustation, les vins des différents terroirs de Barbaresco produits par la maison offrent tous une tenue remarquable et une signature précise (Pora, Pajé, Montestefano).

Pour terminer en beauté cette deuxième journée, nous abordons enfin les terroirs du Barolo avec la visite d’un des plus fameux domaines de l’appellation, à savoir la maison Giacomo Conterno . La famille Conterno jouit d’une réputation incontestée et son histoire est emblématique du développement du Barolo.

Il y a plus d’un siècle déjà, en 1912, la famille mettait en vente ses premiers crus de Riserva. En 1961, Giovanni et Aldo Conterno reprirent l’exploitation de leur père Giacomo, pour se séparer ensuite en raison de leurs divergences sur l’âme originelle du Barolo. Aldo Conterno fonda son propre domaine et Giovanni maintint la ligne « conservatrice » du domaine. En 1976, il réalise un coup de maître en acquérant « Cascina Francia » avec 14 hectares de Nebbiolo et de Barbera. Après son décès en 2004, c’est son plus jeune fils, Roberto, qui prit sa succession…et qui nous reçoit personnellement pour une dégustation sur foudre de quelques-unes de ses meilleures cuvées.

Nous touchons vite au sublime avec sa cuvée Monfortino: un vin monumental et une véritable icône parmi les vins italiens. Il n’est produit que dans les années exceptionnelles et n’est vendu qu’après sept ans au moins d’élevage…grandes émotions ! Pour se remettre…et clôturer cette deuxième journée piémontaise, nous rejoignons la Ciau del Tornavento: un bel édifice des années 1930, où la salle du restaurant s’ouvre comme une scène de théâtre sur un paysage de collines à couper le souffle.

La cuisine de Maurillo, distinguée par une étoile au guide Michelin, et un vrai feu d’artifices de saveurs régionales. Et pour parfaire le tableau, sa cave à vin est impressionnante et propose, sans fausse pudeur, les plus grandes appellations du monde. Nous ne manquons de la visiter et d’y prendre notre apéritif, et nous lançons le défi de convaincre le chef que notre Clos de Tsampéhro devrait pouvoir y trouver une petite place…Ainsi fut fait, et pour ceux qui visiteront ce remarquable établissement à l’avenir, sachez que quelques flacons des vins du Clos de Tsampéhro sont délicatement alignés quelques part derrière les collections de DRC et les vieux millésimes d’Yquem !

Tsampéhro au top !

Une actualité média chargée pour Tsampéhro ces dernières semaines, nous confortant dans l’idée que le savoir-faire et le faire-savoir vont définitivement de pair. La première bonne nouvelle est venue du célèbre et incontournable guide Gault & Millau qui, pour la troisième année consécutive, reconduit Clos de Tsampéhro dans son classement des 100 meilleurs vignerons helvétiques, et au passage, passe d’une couleur rouge vif à un joli jaune lumineux !

Durant le Salon des Vins suisses Vinea à Sierre ensuite, une dégustation de prestige organisée par Paolo Basso (meilleurs sommelier du monde) réunissait une sélection de quinze vins « iconiques » helvétiques. Et à notre grande fierté, l’Edition II du Clos de Tsampéhro rouge (vendanges 2012) figurait dans la liste des élus qu’un panel de dégustateurs avertis allait déguster. Malgré la relative jeunesse de notre aventure (!), ce choix fut pleinement assumé par Paolo Basso, comme il l’explique d’ailleurs dans une interview préalable dans les colonnes du Nouvelliste.

Un beau compte-rendu de cette « Master Class » dédiée aux meilleurs vins suisses est aussi à lire dans le magazine Bilan du 30 août dernier, sous la plume de Chantal de Senger. Entre le mythique Grain Noble de Marie-Thérèse Chappaz et des cuvées de renom signées Denis Mercier, Raymond Paccot, ou encore Daniel Gantenbein, les vins du Clos de Tsampéhro semblent s’être frayé un petit espace…

C’est ensuite au tour du rédacteur en chef du magazine Vinum, Thomas Vaterlaus, de nous reconduire dans sa sélection des meilleurs domaines viticoles de Suisse ! Déjà présent dans sa première édition couvrant les années 2015/2016, nous sommes très honorés d’être à nouveau associé au top des domaines helvétiques. Merci !

Et on termine notre petite « revue de presse » par notre heureuse participation à une présentation des cuvées suisses d’exceptions au club très select des Masters of Wine, accueillis en délégation durant leur séjour-découverte en terres helvétiques. Ainsi, 24 experts du monde entier titrés de ce diplôme connu pour être le plus élitiste du monde du vin, ont parcouru les principales régions viticoles de Suisse chaperonnés par Jean-Marc Amez-Droz, directeur de Swiss Wine. Leur halte en Valais leur ont permis de déguster à deux reprises les Dégustations, master class et bonne compagnie…crus du Clos de Tsampéhro: une première fois au Château de Villa dans le cadre d’une séance autour des cépages rares animée par le Dr. José Vouillamoz, en découvrant en avant-première « officielle » notre premier millésime du Completer 2014 (qui  a visiblement conquis l’assemblée en se positionnant comme le coup de cœur de la série présentée), et une seconde fois, en compagnie d’un collège de vignerons valaisans triés sur le volet, qui s’est réuni au tout nouvel espace de dégustation des Celliers de Sion, pour un « Walk Around Tasting« . Chacun a ainsi pu faire valoir son savoir-faire auprès des 24 Masters of Wine durant près de trois heures…et à cette occasion, l’équipe du Tsampéhro leur a proposé le Clos de Tsampéhro Blanc V (vendanges 2015) et le Clos de Tsampéhro Rouge II (vendanges 2012) avec un très joli succès en retour.

Réception des Masters of Wine aux Celliers de Sion

Voilà…Il ne nous reste plus qu’à faire toujours aussi bien, voire mieux encore on l’espère, pour continuer de mériter cette reconnaissance parmi les grands vins suisses !

Un chouette Dimanche Matin pour Tsampéhro !

Quel bonheur de découvrir cette pleine page consacrée aux vins du Clos de Tsampéhro dans le dernier Matin Dimanche ! Son auteur, Isabelle Bratschi, retranscrit habilement l’esprit d’excellence – mâtiné d’une bonne dose de convivialité – qui nous anime depuis le début de cette belle aventure (l’article complet en PDF).

P.S.: les septièmes vendanges au Clos ont démarré…

Escapade piémontaise – Jour 1

C’est devenu une tradition depuis la renaissance du Clos de Tsampéhro, mais c’est aussi et surtout un bel effort de formation continue: chaque année avant l’été, notre quatuor part en voyage d’étude ! Ceux-ci nous permettent à chaque fois de découvrir d’autres façons de vivre et de penser bien sûr, mais aussi d’autres manières d’envisager la vigne et le vin. Après le Bordelais, la Champagne, la Bourgogne et la Vallée du Rhône, les tsampéhristes ont jeté leur dévolu cette année sur les fascinantes terres du Piémont.

Et pour que cette expédition bachique révèle toute la richesse de cette région et de ses multiples appellations, il nous fallait un guide de très haut niveau, à même de nous concocter un programme d’exception: l’affaire fut vite réglée en la personne de Michele Caimotto, originaire de la région et ex-chef sommelier de renom en Suisse, et qui œuvre dorénavant comme consultant par le biais de sa société Wine Rose.

C’est donc à l’aube et en sa compagnie que nous avons pris la route vers l’Italie, pour vivre une première journée d’exploration axée sur le Nebbiolo – évidemment – mais surtout sur les sols volcaniques du Nord Piémont (2800 ha). Première rencontre, à Masserano, avec Cristiano Garella, qui œuvre comme œnologue-consultant auprès de nombreux vignerons sur l’appellation Bramaterra.

Il nous reçoit d’abord au cœur de son propre vignoble, couvrant une surface de 8 ha et produisant des crus Bramaterra, Coste della Sesia et Lessona. L’appellation Bramaterra se caractérise par des assemblages de Nebbiolo, Vespolina et Croatina et offre des vignobles où les cépages se côtoient et se mélangent allègrement. L’enherbement y est quasi généralisé et permet ainsi de limiter l’érosion des sols et de composer avec une pluviométrie plutôt généreuse.

Nous rejoignons ensuite la cave pour goûter des vins en élevage (Nebbiolo 2015, Croatina 2015 et Vespolina 2015) suivis de quelques flacons de Bramaterra «Le Pianelle » (2011, 2013, 2014) et de Bramaterra « Colombera e Garella » (2012). Cette dégustation confirme pleinement le potentiel, si ce n’est déjà la valeur de notre hôte, qui compte, à tout juste 30 ans, parmi les meilleurs experts du Haut-Piémont.

Après une pause gourmande à Cossato, nous prenons la route vers les terroirs de Boca pour découvrir d’autres cépages autochtones, toujours vinifiés en méthode traditionnelle. Nous sommes accueillis au pied de l’impressionnant sanctuaire de Boca par Silvia Barbaglia de l’Azienda Vitivinicola Barbaglia, à Cavallirio. Silvia nous détaille la complexité géologique des sols sédimentaires de l’appellation, construits par ruissellement des eaux du glacier situé au pieds du Monte Fenera.

Ce régime fluvial est responsable de l’apport de bloc rocheux issus du Monte Rosa (oui, oui, le Mont-Rose, le même que nous). Il a largement influencé la formation des appellations Fara, Ghemme et Sizzano toutes proches. Pourtant, située au nord du Haut Piémont, à deux pas de ce trio, Boca a géologiquement davantage à voir avec ses voisines situées à l’Ouest de la Sesia (comme Gattinara et Bramaterra). La parenté vient notamment de sols maigres, peu structurés, « squelettiques » dit-on parfois ici, ainsi que d’un sous-sol constitué de porphyre (brun / ferrique). Dans l’ensemble, ses vignobles situés à des altitudes comprises entre 400m et 500m, et encerclés de forêts d’acacias, sont très acides et nécessitent ainsi l’apport de chaux deux fois par an.

La DOC Boca fut créée en 1969, et s’étend au-delà de Boca, sur les communes de Maggiora, Cavallirio, Prato Sesia et Grignasco. La superficie plantée en vignes est seulement d’environ 13 ha, sur 30 délimités ! Les encépagements, pour avoir droit à l’appellation, s’articulent autour de 45 à 70% de Nebbiolo, de 20 à 40% de Vespolina, et au maximum de 20% d’Uva rara…

De retour à la cave, nous découvrons avec plaisir les subtilités du cépage Erbaluce vinifié en vin effervescent et déclinés en plusieurs dosages. Silvia nous propose aussi de déguster quelques créations tranquilles en monocépages issus des plants Vespolina et Croatina. Après avoir pris congé de notre charmante hôtesse, nous partons pour une rencontre d’exception chez Christoph Künzli du domaine Le Piane. Parti il y a plus de vingt ans de sa Suisse natale, ce passionné de l’appellation Boca s’est enthousiasmé dans les années 90 pour ce terroir « oublié », au point d’y reprendre l’emblématique petit vignoble du Signore Cerri, et d’y entreprendre, avec un très grand respect, une progressive replantation des cépages locaux.

Vingt ans plus tard, le résultat est là: maintien des ancestrales et extraordinaires techniques de taille – « maggiorina » – et surtout des vins authentiques et de très belles tenues. Une généreuse dégustation sur fûts, suivie de quelques flacons plus matures au cœur du chai, termine de nous convaincre. Le choix de Christoph de procéder à de longues macérations jusqu’à 30, voire 40 jours, nous conforte également dans notre protocole de vinification du Tsampéhro Rouge.

La soirée se termine par un sympathique souper dans la petite ville de Gattinara, à la découverte de la cuisine piemontaise de l’Osteria La Brioska, tout en dégustant une sélection de flacons du terroir calcaire de Ghemme, que Michele a concoctée spécialement pour nous et qu’il nous commente avec son enthousiasme latin. Dur dur les études…

Derniers jours pour les pré-commandes de l’Édition V…

Les crus de notre cinquième récolte (Édition V) seront bientôt mis sous verre. Ce millésime 2015 restera, en Suisse, parmi les plus remarquables de ce début de 21ème siècle et les vins révèlent déjà un potentiel énorme. Cependant, du fait des faibles rendements du millésime caniculaire et face à une demande en constante croissance, des quantités malheureusement limitées de flacons seront de nouveau disponibles…

Peut-être avez-vous déjà effectué votre réservation directement à la cave ou sur notre site ?

Si ce n’est pas encore fait et que vous souhaitez vous garantir une petite allocation de cette nouvelle édition (tout en profitant de nos conditions spéciales de pré-commande!), il ne vous reste que quelques jours pour nous transmettre votre réservation via notre formulaire de commande online. Après le 30 juin 2017, les tarifs standards seront applicables…et la disponibilité ne sera plus assurée.

Faites passer le message à votre entourage ! Une grande partie est déjà réservée par nos partenaires restaurateurs et cavistes, ainsi que par nos plus fidèles aficionados.

L’automne prochain sera aussi pour nous l’occasion de vous faire découvrir un quatrième vin dans notre gamme – un 100% Completer valaisan – dont seuls 300 flacons seront tirés de l’unique barrique de la récolte 2014. Après trois années d’un élevage particulièrement soigné, ce vin blanc à la fois élégant, puissant et tendu, nous offre la promesse de magnifiques sensations et d’une expérience bachiques hors des sentiers battus.

Offre spéciale en précommande (valable jusqu’au 30 juin 2017) : 

  • La bouteille de Clos de Tsampéhro « Completer » 2014 à Fr. 98.- (seuls 300 flacons produits)
  • Le coffret bois de 3 bouteilles de Clos de Tsampéhro (1 Blanc (V), 1 Rouges (V) et 1 Extra Brut (IV)) à Fr. 149.- (au lieu de Fr. 161-)
  • Le carton de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Extra Brut (IV) à Fr. 199.- (au lieu de Fr. 228.-)
  • La caisse bois de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Blanc (V) à Fr. 239.- (au lieu de Fr. 264.-)
  • La caisse bois de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Rouge (V) à Fr. 419.- (au lieu de Fr. 474.-)
  • Le magnum de Clos de Tsampéhro Rouge (V) en caisse bois à Fr. 149.- (au lieu de Fr. 169.-)
  • L’assortiment de 18 bouteilles de Clos de Tsampéhro (6 Blanc (V), 6 Rouges (V) et 6 Extra Brut (IV))  à Fr. 829.- (au lieu de Fr. 966.-)

(livraison franco-domicile en Suisse dès Fr. 500.- de commande; les prix départ cave des vins du Clos de Tsampéhro sont fixés à Fr. 79.- l’unité pour le Tsampéhro Rouge, Fr. 44.- l’unité pour le Tsampéhro Blanc et Fr. 38.- l’unité pour le Tsampéhro Extra Brut).

Froid…et chaud au coeur pour Tsampéhro !

La saison avait démarré très tôt cette année, confortée par un début de printemps quasi estival (voir notre post «  C’est parti pour la…septième !  « ). C’était sans compter sur un sévère rappel à l’ordre de Dame Nature qui, décidément, n’en fait qu’à sa tête !

Dans de nombreuses régions d’Europe, de Suisse et particulièrement en Valais, les nuits des deux dernières semaines ont mis le moral (et le sommeil…) des vignerons à rude épreuve. Ils ont dû affronter des températures négatives à plusieurs reprises, causant de terribles dégâts de « gel noir » sur les jeunes pousses.

Par ce post, nous souhaitions vivement remercier toutes les personnes qui, par leurs nombreux messages, se sont inquiétées des conséquences du gel pour le Clos de Tsampéhro.

Même si le danger reste encore d’actualité pour les prochains jours, nous avons été très privilégié de constater, qu’à ce stade, seul 5 à 10 % des ceps du Clos sont touchés. Ce n’est pas agréable, certes, mais c’est si peu par rapport à bon nombre de collègues de la région qui déplorent parfois jusqu’à 80% de dégâts sur leur domaine…Nous les assurons de notre solidarité et de notre amitié pour traverser cette mauvaise passe.

Tsampéhro et le retour du… »Plumett »!

Dès le départ de l’aventure Tsampéhro, nous avons toujours été soucieux d’agir en harmonie avec notre environnement. Dans ce même esprit, le nouveau millésime qui s’annonce nous permet de lancer une nouvelle étape viticole au Clos de Tsampéhro: le labour des sols ! Le temps des traitements de conforts aux herbicides chimiques devrait bientôt être révolu chez tout vigneron qui se respecte, et c’est tant mieux. Cependant, les alternatives restent pour l’heure peu nombreuses : enherbements, labours ou paillages ont chacun leur lot d’avantages et d’inconvénients. Et dans le climat très sec du Valais Central, avec qui plus est, un terroir si favorable au compactage des terres, le choix est difficile.

La tendance principale en Suisse est à l’enherbement, mais ce dernier pose encore un problème marqué de concurrence hydrique avec la vigne au cœur du climat ultra-sec du Clos de Tsampéhro. De surcroît, rares sont les espèces de plantes vivaces qui peuvent supporter un régime en eau aussi strict que celui là tout au long de l’année. Ainsi, un travail de sélection d’espèces végétales propres à ces contraintes climatiques très spécifiques doit encore être opéré en amont – ce à quoi nous nous attelons, sans toutefois préjuger des résultats…

C’est donc par la réintégration du travail traditionnel des sols que nous entamons notre action. Bien mené, ce désherbage mécanique peut améliorer l’aération du sol, sa structure physique et la pénétration de l’eau. Il favorise l’activité biologique et la vie du sol, améliorant progressivement l’alimentation de la vigne. En coupant les racines superficielles du cep, il force aussi le plant de vigne à s’enraciner en profondeur, lui garantissant ainsi une pérennité et une autonomie accrues. Cependant la configuration accidentée du vignoble rend la tâche longue et difficile, et c’est un véritable travail de forçat – appelé à s’étaler sur plusieurs années – qui démarre pour Joël et son équipe…On oublie jamais comment monter à vélo dit-on, et bien tout valaisan qui a connu le travail à la vigne au siècle dernier, n’oubliera jamais comment faire fonctionner un bon vieux treuil « Plumett ». Joël a donc dû dépoussiérer le sien, et après quelques toussotements, le fameux « Plumett » a repris du service pour tracter – lentement-  le « soc » au cœur des rangs de ceps.

Cultiver les sols, dans le respect de l’environnement et du terroir, les rend plus vivants. Les vins deviennent aussi parallèlement plus frais, plus vifs et plus complexes. Au-delà de l’intérêt écologique, c’est donc aussi une véritable perspective œnologique qui nous anime. Et on se réjouit d’avance de pouvoir partager ces résultats avec vous…dans quelques années !

C’est parti pour la…septième !

Conforté par les rayons d’un – très – généreux soleil de printemps, le Clos de Tsampéhro a repris une teinte annonciatrice d’un nouveau millésime. La riche flore du Clos revient aussi progressivement à la vie, encore sous la garde rapprochée des hordes de Choucas qui virevoltent au-dessus des vignes. Amandiers, pêchers, poirier, cognassiers, noyers, romarins, figuiers, grenadiers et cerisiers offrent une subtile combinaison florale et dispensent d’entêtants parfums. Les bourdons et abeilles œuvrent déjà de fleurs en fleurs tandis que les lézards des murailles terminent leur mue en se réchauffant entre les joubarbes et les rosiers.

Pour ce qui est de la vigne, cette septième récolte se dessine déjà avec des bourgeons sur le point d’éclore…Pour l’instant, le foehn joue les protecteurs mais la saison ne fait que commencer et la lutte sera encore longue pour aboutir à une vendange de haute qualité dans plusieurs mois !

L’éveil du Tsampéhro en image :

 

 

Paolo Basso, ambassadeur des vins suisses.

livre-paolo-basso-couverture

« Le vin selon le meilleur sommelier du monde », aux éditions Favre

En 2013, il était élu meilleur sommelier du monde à Tokyo après plus de 20 ans d’une préparation assidue.  Paolo Basso, expert mondial du vin, publie un livre rédigé avec la complicité de Pierre-Emmanuel BUSS dans lequel il donne de précieux conseils mais où il raconte aussi son parcours de compétiteur entièrement dédié à sa passion du vin.

Parmi les compétences distillées sur l’évaluation d’un vin, le choix des verres ou les affinités entre mets et vins, Paolo Basso partage un choix éclairé de domaine de référence autour du monde. En compagnie de noms prestigieux comme Daniel Gantenbein ou Marie-Thérèse Chappaz, Tsampéhro figure dans la sélection du maître pour incarner la montée des vins suisses dans les crus haut de gamme. Une reconnaissance que nous apprécions à sa juste valeur et qui représente pour nous un bel encouragement pour la suite !

Tsampéhro recommandé dans le livre de Paolo Basso.

 

Bon millésime 2017 à tous !

voeux-2017

2016 emporte avec elle le sixième chapitre – encore en devenir dans notre chai… – de l’aventure du Clos de Tsampéhro. Nous profitons de ce « passage » pour vous remercier chaleureusement de votre soutien et de votre fidélité tout au long de l’année écoulée. Amis, clients, sommeliers ou cavistes, vous êtes nos ambassadeurs et nous mesurons pleinement notre chance de vous avoir à nos côtés ! Merci aussi à tous ceux qui nous suivent et nous « like » sur les réseaux sociaux: c’est un trait d’union numérique qui nous lie à vous, entre deux rencontres ou dégustations, et qu’il nous tient pleinement à cœur de faire vivre.

2017 s’annonce pour Tsampéhro comme une année véritablement exceptionnelle avec, d’une part, l’aboutissement d’un millésime 2015 d’une densité rare, et d’autre part, le privilège de vous présenter, à l’automne, notre cuvée confidentielle de Completer (millésime 2014). Il marquera l’avènement de l’unique mono-cépage du Clos ! Deux belles promesses de sensations et d’émotions  inédites !

Terroirs et…Tsampéhro!

le-nouvelliste-12-2016

Né d’un idéal simple mais ambitieux, celui de produire de très grands vins en terres valaisannes, les crus du Clos de Tsampéhro veulent témoigner d’un savoir faire unique bien sûr, mais aussi d’une envie irrépressible de faire jeu égal avec les autres grandes régions viticoles du monde. La dernière édition du magazine Terroirs, éditée par Le Nouvelliste, offre une sélection intimiste de trois portraits de domaines valaisans « unis par la volonté de faire du grand vin« .

Sous la plume d’Isabelle Bagnoud-Loretan, Tsampéhro fait partie des trois ambassadeurs sélectionnés contribuant à valoriser l’extraordinaire potentiel du Valais. Même si la route est encore longue, nous sommes particulièrement heureux d’être mis en avant aux côtés de talentueux collègues qui partagent cette même détermination !

Le Temps…des bulles !

La période des fêtes de fin d’année est propice à l’ouverture de « belles quilles » à déguster en famille ou entre amis. Les bulles sont particulièrement recommandée pour faire pétiller ces moments de partage. Pierre-Emmanuel Buss nous livre justement ses conseils dans le dernier cahier « week-end » du journal Le Temps (10.12.2016). Parmi sa sélection de haut vol, comprenant Champagnes et autres belles références, on retrouve avec fierté la dernière cuvée du Clos de Tsampéhro Extra Brut Édition III. De quoi mettre les papilles des Tsampéhristes en éveil !

le-temps-10-12-2016-texte-bouteille

Tsampéhro aux Bastions !

soiree-cave-sa-2016

Le Clos de Tsampéhro a l’honneur d’être le prochain invité des dégustations thématiques du CAVE SA. L’évènement se tiendra le 7 décembre prochain à Genève, à partir de 17h00, et fera l’objet d’une présentation en primeur de l’Édition IV de nos vins en présence d’Emmanuel Charpin. Une belle occasion de partager à nouveau notre aventure avec vous !

Fondé en 1984 par Jacques Perrin et quelques amis, le Club des Amateurs de Vins Exquis est une association informelle ouverte à toute personne intéressée par le vin ou qui souhaite le devenir. Plusieurs fois dans l’année, le CAVE organise des rencontres à taille humaine entre les producteurs et les membres. Ces soirées, hautes en couleurs et riches en émotions, se déroulent dans un lieu unique et original sis au cœur de Genève. Un lieu idéal enfoui à plus de 15 m de profondeur qui se prête particulièrement bien à la dégustation des grands crus.

Un contingent du Clos de Tsampéhro Rouge Édition IV a été spécialement réservé pour l’occasion afin de permettre aux amateurs d’acquérir quelques flacons avant l’épuisement des stocks.

Lieu : CAVE SA – 5 Cours des Bastions – Genève

Date : mercredi 7 décembre 2016 – de 17h00 à 19h30

Vous trouverez au moyen des liens ci-dessous toutes les informations utiles à votre participation :

Toutes les infos sur la soirée au CAVE SA…

Cave du CAVE SA à Genève – adresse et plan d’accès…

Haute Couture et Tsampéhro – bis !

hermes-2016-6

Suite au beau succès de l’édition 2015 des « Vendanges de Genève », Tsampéhro a pu retrouver – cette année encore – l’ambiance feutrée de la Boutique Hermès au cœur de la cité de Calvin. Le trio d’ambassadeurs du Clos (Emmanuel, Carmen et Maurice) a donc été mobilisé afin d’associer haute-couture et beaux flacons…le temps d’une dégustation réservée aux clients et amis de la célèbre enseigne.

hermes-2016-1

Au programme: Clos de Tsampéhro Rouge et Clos de Tsampéhro Extra Brut, spécialement accompagnés de bouchées gourmandes concoctées par le chef du restaurant « La Réserve » !

 hermes-2016-2

Direct…au Tsampéhro !

Couleurs Locales, magazine d’actualité quotidien de la RTS, a récemment consacré une série de cinq reportages sur les vendanges en Suisse Romande. Pour la soirée valaisanne, c’est le Clos de Tsampéhro qui a eu le privilège de jouer les ambassadeurs du canton. François Egger, journaliste et présentateur de l’émission, nous à donc rejoint à Flanthey pour une séquence – en direct ! – depuis la cave. De belles émotions durant ces quinze minutes de retransmission, avec un brin de stress pour les  acteurs d’un soir…

Vous pouvez visionner l’émission sur ce lien de la RTS ou directement sur l’extrait ci-dessous :

Vendanges 2016…!

Les vendanges touchent –  enfin – à leur fin et nous souhaitions partager avec vous quelques belles photos de cette période un peu magique. Et maintenant que la plupart des raisins sont en cave, nous osons même un tout premier commentaire climatique du millésime: un hiver caractérisé par sa douceur, suivi d’un printemps plutôt chaotique, humide et favorable à toutes les complications viticoles, aura tout d’abord donné du fil à retordre à toute la profession. Pour Joël et son équipe, la pression du mildiou et de l’oïdium dans le Valais Central face au choix assumé d’une stratégie de lutte « biologique » au Clos de Tsampéhro aura nécessité une attention de tous les instants jusqu’au mois d’août. L’été fut cependant particulièrement sec et chaleureux et permis une belle concentration des baies dans un équilibre idéal. Au final, des raisins de très belle qualité auront rejoint le chai. Au moment de rédiger ce billet, seuls manquent à l’appel nos deux cabernets (Sauvignon et Franc), qui profitent encore des dernières journées ensoleillées pour parfaire leur maturité…

Cliquez sur les photos pour afficher le diaporama…

Tsampéhro…au sommet !

Sur les hauteurs de Crans-Montana, la carte du restaurant « Le Mont Blanc » de l’Hôtel LeCrans & Spa***** est signée depuis 2009 par le talentueux chef Pierre Crepaud (« Le Mont Blanc » compte 17 points au Gault & Millau et le Michelin lui a attribué sa première étoile en 2015). Né à Valence en France, Pierre Crépaud a notamment fait ses armes auprès de Michel Chabran, à Pont-de-l’Isère, puis au Chabichou à Courchevel : “Revisiter, réécrire, réinterpréter chaque jour en tentant de saisir et de respecter au mieux le produit – car c’est bien lui la vedette – telle est ma devise ! Elaborer une cuisine d’humeur et d’instinct, sans me fixer une quelconque limite, afin que naisse au final une émotion gourmande, voilà ma cuisine. La nature, les fleurs, les plantes et les repères fondamentaux que sont les bons produits m’inspirent au gré des saisons” nous explique-t-il.

sponsor-pierre-crepaud-6

Mais les compétences de l’homme ne s’arrêtent pas au maniement des casseroles: « accro » à la montagne depuis toujours et passionné d’escalade, Pierre Crepaud s’entraine quotidiennement afin de préparer l’ascension de quelques sommets mythiques des Alpes. Au menu, ce sera en guise d’entrée le Cervin pour 2016, puis le Mont-Blanc comme entre-mets en 2017, et pour terminer l’Eiger en plat de résistance ! Et pour l’accompagner dans ce superbe défi, le Clos de Tsampéhro est résolument de la partie.

sponsor-pierre-crepaud-3

Ainsi, avec une météo idyllique le 13 septembre dernier, et après un « échauffement » la veille au Breithorn (4164m), Pierre réalise l’ascension du fameux Matterhorn (4478m) en compagnie de son guide sédunois Raphaël Richard. Joli clin d’oeil au sommet…et première mission accomplie!

sponsor-pierre-crepaud-4 sponsor-pierre-crepaud-5

Gault & Millau 2017 : heu-reux !

Gault et Millau 2017La sélection 2017 des vignerons suisses figurant au top 100 du guide Gault & Millau vient de paraitre, et nous sommes particulièrement heureux de compter, à nouveau, parmi les nominés…Cette année, un jury d’experts présidé par Geny Hess (et composé de Gilles Besse, vigneron et oenologue (VS), Elsbeth Hobmeier, journaliste spécialisé vins et gastronomie (NE), Ueli Kellenberger, chef du Rössli de Bad Ragaz (SG), Urs Mäder, négociant en vins (TI), Nathalie Ravet, sommelière de l’Ermitage des Ravet (VD), Paolo Basso, Meilleur Sommelier du Monde 2013 et Jacques Perrin, Directeur de Cave SA), a identifié les encaveurs les plus méritants de l’année.

Cette distinction renforce encore notre volonté d’oeuvrer à la notoriété des vins suisses à travers notre pays, et – pourquoi pas – au-delà de nos frontières. Et c’est aussi pour nous un joli clin d’oeil à tous ceux qui nous soutiennent depuis bientôt cinq ans et partagent notre passion !

Chaleureuses félicitations également à la famille Maye qui rejoint cette année le club très sélect des « icônes du vin suisse » du même guide, couronnant ainsi le travail hors-pair de trois générations de vignerons du Domaine Simon Maye. Bravo !

l’Édition IV…le dénouement !

Mise 2016

La quatrième Édition (vendanges 2014) des vins du Clos de Tsampéhro a été mise en bouteille cette semaine. Ce grand moment conclut trois années de labeurs et de soins – tant à la vigne qu’au chai – pour arriver à ce résultat tant attendu…Pour les tsampéhristes, c’est un joli coup de cœur qui se confirme après de nombreuses séances de dégustation, souvent fébriles. Nous aurons d’ailleurs un grand plaisir à le partager avec vous dès sa « libération » au mois de novembre 2016. D’ici là, les flacons auront pris un repos mérité et se seront doté de leur « parure » finale. Pour ceux qui ont pris les devants et nous ont déjà transmis leur réservation, la date officielle de sortie est fixée au 7 novembre

Mise 2016 - 3   Mise 2016 - 2     Mise 2016 - 4

Pour les autres, il est déjà malheureusement trop tard pour une allocation des cuvées de Clos de Tsampéhro Extra Brut ou Clos de Tsampéhro Blanc (toutes les bouteilles ont déjà trouvé preneurs…). Nous vous recommandons donc – d’ores et déjà – de passer commande du Clos de Tsampéhro Rouge avant qu’il ne subisse le même sort !

Pour le plaisir…et pour plonger dans l’ambiance de la mise en bouteille, ci-après une courte séquence:

« Fan Zone » du Tsampéhro…

Pergola treille 2

C’est le cinquième été consécutif durant lequel nous effectuons des transformations au Clos, et ce afin de vous faire profiter d’une « Fan Zone » de première catégorie ! Après les travaux sur la guérite principale, deux nouvelles pergolas ont été montées. La première, d’où l’on bénéficie d’un point de vue imprenable sur la Vallée du Rhône, offre une nouvelle charpente en mélèze massif à notre treille quasi-centenaire d’Humagne Rouge (photo ci-dessus et ci-dessous). L’an passé déjà, Antonio avait entièrement refait l’impressionnant mur en pierres sèches qui la soutient.

Pergola treille 1

Dans la foulée, la petite guérite située le long du chemin d’accès a elle aussi reçu son « brise-soleil » (photo ci-dessous).

Pergola petite guérite 1

Plusieurs variétés de raisins de table y ont été plantées pour que, dans quelques années, la pause à l’ombre sur le banc puisse s’accompagner d’un petit grappillage bienvenu…

Bon été à tous !

Pergola petite guérite 2

Les grenadiers…sont en fleurs !

Bouton floraux de grenadiers en pleine explosion.

Grâce au climat exceptionnel du Valais central, le Clos de Tsampéhro prend des allures de Jardin d’Éden. Les très pacifiques grenadiers du domaine sont aujourd’hui en fleurs ! C’est un plaisir de partager avec vous ces quelques photos d’une plante fascinante et plutôt rare sous nos latitudes…

Jeunes boutons floraux de grenadiers.

Jeunes boutons floraux de grenadiers

Un des grenadiers de Tsampéhro

Un des grenadiers de Tsampéhro

Fleur de grenadier.

Fleur de grenadier.

Une grenade du millésime 2015.

Et une grenade de l’an passé…

Pré-commande de l’Édition IV, encore quelques jours…

dépliant.indd

L’Édition IV s’annonce de grande qualité, offrant un jus de haut vol et de belle concentration. Les vins terminent actuellement leur élevage bien à l’abri dans notre chai et vous trouverez prochainement sur notre site tsampehro.com toutes les caractéristiques de ce millésime 2014 (fiches techniques et commentaires de dégustation).

Les faibles rendements du millésime n’ont cependant permis de ne produire qu’une quantité limitée de flacons…et une grande partie est déjà réservée par nos partenaires restaurateurs et cavistes, ainsi que nos plus fidèles aficionados. Ainsi, si vous souhaitez vous assurer une petite allocation de cette nouvelle édition (tout en profitant de nos conditions spéciales de pré-commande!), il ne vous reste que quelques jours pour le faire via notre formulaire de commande online. Après le 30 juin 2016, les tarifs standards seront applicables. Faites passer le message à votre entourage !

Et si vous avez déjà fait le nécessaire, n’hésitez pas non plus à prendre contact avec Emmanuel Charpin sur info@tsampehro.com (ou par téléphone au 027.458.25.25), afin d’obtenir une confirmation de commande ou gérer vos modalités de livraison. Enfin, pour ne rien perdre de notre aventure, abonnez-vous à notre blog sur notre page d’accueil ou encore suivez nos posts sur notre mur Facebook.

Offre spéciale en précommande (valable jusqu’au 30 juin 2016): 

  • Le coffret bois de 3 bouteilles de Clos de Tsampéhro (1 Blanc (IV), 1 Rouges (IV) et 1 Extra Brut (III)) à Fr. 149.- (au lieu de Fr. 161-)
  • Le carton de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Extra Brut (III) à Fr. 199.- (au lieu de Fr. 228.-)
  • La caisse bois de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Blanc (IV) à Fr. 239.- (au lieu de Fr. 264.-)
  • La caisse bois de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Rouge (IV) à Fr. 419.- (au lieu de Fr. 474.-)
  • Le magnum de Clos de Tsampéhro Rouge (IV) en caisse bois à Fr. 149.- (au lieu de Fr. 169.-)
  • L’assortiment de 18 bouteilles de Clos de Tsampéhro (6 Blanc (IV), 6 Rouges (IV) et 6 Extra Brut (III))  à Fr. 829.- (au lieu de Fr. 966.-)

(livraison franco-domicile en Suisse dès Fr. 500.- de commande; les prix départ cave des vins du Clos de Tsampéhro sont fixés à Fr. 79.- l’unité pour le Tsampéhro Rouge, Fr. 44.- l’unité pour le Tsampéhro Blanc et Fr. 38.- l’unité pour le Tsampéhro Extra Brut).

Blick…et Tsampéhro !

Für Sie degustiert: Clos de Tsampéhro: Heli-Landeplatz auf demPour ceux d’entre vous qui maîtrisent la langue de Goethe, nous tenions à partager avec vous les impressions d’Alain Kunz, rédacteur spécialisé du Blick, qui vient de publier – dans sa rubrique découverte/dégustation – un joli article sur le Clos de Tsampéhro Édition III. Wir sind stolz darauf !

Voici le lien direct vers la publication d’Alain Kunz dans le Blick…

Swiss Deluxe by Vinifera-Mundi…

Vinifera Mundi - Clos de Tsampéhro

Actif en Suisse depuis 2009, la plateforme Vinifera-Mundi.ch se passionne pour le travail des viticulteurs à travers le monde. Avec plus de 15 ans d’expérience, Jean-François Guyard, fondateur du site, expert en vin et passionné d’œnologie, communique par ce biais de nombreux articles où il partage ses impressions de dégustation. En collaboration avec Andi Spichtig et Adrian van Velsenjournalistes et blogueurs indépendants, il organise régulièrement des séances de dégustation à l’aveugle sur diverses thématiques autour de grands vins.

Sensible à l’évolution qualitative des crus « haut-de-gamme » helvétiques et plus particulièrement valaisans, Jean-François Guyard a logiquement voulu se forger un avis neutre et objectif en mettant sur pied une soirée dédiée aux cuvées du Clos de Tsampéhro et au fameux Electus de la maison Provins. Et pour s’assurer du juste potentiel de ces vins, quoi de mieux qu’une sélection de crus prestigieux pour compléter la série ? Voilà donc nos jeunes flacons valaisans comparés aux stars internationales parmi lesquelles nous pourrions citer, entre autres, les noms suivants : Château Léoville-Barton 2003, Château Mouton Rothschild 2002, Château Montrose 2003, Château Grand Puy-Lacoste 2003, Château Angélus 2003, Tignanello 2010 ou encore un Meursault 1er Cru Les Charmes 2011 de la maison Henri Boillot.

Sur le banc suisse, nous retrouvons la Cuvée du Clos de Tsampéhro Extra Brut 2012, le Clos de Tsampéhro Blanc Édition II (2012), les Clos de Tsampéhro Éditions I (2011) et III (2013) ainsi que l’assemblage blanc Éclats 2014 et l’assemblage rouge Electus (2010 et 2011) de notre confrère Provins. La dégustation est menée à l’aveugle par un collège de plusieurs personnes parmi lesquelles nous retrouvons Jean-François Guyard et Adrian van Velsen de Vinifera-Mundi.ch

Malgré l’exercice périlleux d’une telle dégustation comparative, le résultat s’avère plus que convainquant. En effet, les notes des 14 vins rouges dégustés tiennent dans un mouchoir de poche avec seulement 1.56 points d’écart entre la valeur la plus haute et la note la plus basse…et même si les grands Bordeaux remportent la tête du classement, il faut relever que tous étaient issus de millésimes en pleine maturité, compris entre 2002 et 2005… alors que le plus « ancien » des vins valaisans n’était que de 2010. Le Clos de Tsampéhro Blanc remporte une belle deuxième place à 22 centièmes du 1er, et devant le Meursault Les Charmes 2011 !

Dans leur bilan, les journalistes de vinifera-mundi.ch restent aussi conscients que les vins valaisans dégustés ont besoin de temps pour s’épanouir, promettant certainement de grandes émotions à l’avenir. Jean-François Guyard restent donc convaincu de la force de ces nouvelles recrues en relevant le très grand potentiel du Clos de Tsampéhro et de notre « collègue » Electus. Nous le remercions chaleureusement pour son professionnalisme dans l’organisation de cette magnifique rencontre entre stars mondiales et jeunes poulains valaisans…et pour ces conclusions plus qu’encourageantes.

Voilà de quoi maintenir le cap et d’œuvrer sereinement pour les futurs millésimes…dans l’attente du match retour avec des cuvées de Tsampéhro de 10 ans d’âge, en pleine maturité !

Retrouvez le contenu intégral de l’article an allemand en le téléchargeant sur ce lien.

Sixième saison !

Taille 2016

Sixième saison déjà pour la série « Le Clos de Tsampéhro » ! Le printemps a pris ses quartiers avec un peu d’avance, provoquant « fissa » la reprise du tournage et les premiers égards portés au futur millésime 2016: lame affutée en main, notre acteur star Joël Briguet ajuste chaque coup de sécateur pour ciseler la base de la future récolte.

La parfaite maitrise de la morphologie du cep est essentielle, non seulement pour garantir la pérennité du cep, mais aussi bien sûr pour maîtriser sa vigueur et ainsi la quantité de raisin que la vigne devra produire. Chaque cépage – il y en a dix différents au Clos de Tsampéhro – doit faire l’objet d’un système de taille approprié, garantissant un mode de conduite de la vigne lié à son potentiel de vendange spécifique.

Taille 2016 - 2 petit

Joël taille ici notre parcelle de Completer. Il a opté pour une taille courte en Cordon de Royat. Avec ce système les futures grappes seront parfaitement réparties et profiteront à la fois d’un ensoleillement maximal et d’une bonne aération. Cette taille permet aussi d’atteindre un degré de maturité très homogène au moment de la récolte. Les rendements sont par contre diminués de 30% par rapport à un système de taille longue..

Un choix douloureux, mais indispensable pour obtenir une exceptionnelle et unique barrique par millésime de ce vin blanc extraordinaire. En fin d’année, le précieux fût 2016 viendra tenir compagnie aux deux premiers millésimes vinifiés (2014 et 2015) et qui s’affinent encore dans la fraîcheur du chai du Tsampéhro…

Le Temps…pour le Brut II !

LE TEMPS - 12.02.2016 - 2

Pour le jour de la St-Valentin, c’était au tour du quotidien « Le Temps » de mettre le Clos de Tsampéhro à l’honneur en consacrant son « vin du mois » à notre  Extra Brut Édition II. Pierre-Emmanuel BUSS signait alors un hommage…doublement sentimental à cette belle cuvée ! Sentimental aussi – malheureusement – parce que ce millésime 2012 (II) était déjà  épuisé avant la parution de ces lignes…Pour la prochaine Fêtes des Amoureux, vous pouvez cependant d’ores-et-déjà réserver notre Édition III au moyen de ce formulaire de réservation.

Découvrez l’article du Temps en le téléchargeant ICI ou en le consultant dans notre rubrique Médias.

La « Der »…pour Tsampéhro !

Caf4 29_01_2016.indd

Le Clos de Tsampéhro mis à l’honneur le 29 janvier sur la « _Der » du Journal des Cafetiers, Restaurateurs et Hôteliers Romands. Découvrez l’article du journaliste Jean-Claude Genoud-Prachex, en « quatrième de couverture », directement sur le lien du journal, dans notre rubrique Media, ou encore en téléchargeant le fichier PDF.

Bonne année… et en route pour 2016 !

IMG_0406 - 2

L’année 2015 nous aura permis de concrétiser quelques belles avancées: au Clos, de nombreux travaux d’aménagement ont été réalisés (porche d’entrée, réfection de mûrs en pierres sèches, plantations d’arbres fruitiers, etc.) et à la cave, de nouveaux équipements de climatisation, ainsi qu’une chambre froide et des nouvelles cuves tronconiques ont été baptisés pour l’élaboration d’un millésime qui s’annonce…exceptionnel ! Et cerise sur le gâteau : les vins de Tsampéhro ont été référencés par le guide Gault & Millau dans sa sélection des 100 meilleures caves de Suisse.

En route maintenant pour le millésime 2016 ! Réunis au Clos pour son repas de fin d’année, le Team Tsampéhro vous souhaite une année riche en émotions et en bons moments bachiques ! C’est aussi l’occasion pour nous de vous REMERCIER chaleureusement pour votre fidélité.

Merci à nos conférenciers de l’année (Roberto Bolognési, Damien-Jérôme Evequoz et David Pasquiet) qui ont partagé avec nous leur passion durant nos séances de l‘Invité du Tsampéhro.

Merci aux nombreux « followers » de ce blog et de notre page Facebook pour l’intérêt que vous portez à nos aventures (plus de 50’000 « vues » depuis le lancement !).

Merci aux restaurateurs et cavistes de renom, toujours plus nombreux, qui nous font confiance en référençant nos vins. Grâce à nos échanges et à vos précieux retours, vous nous permettez de progresser encore.

Et merci aussi et surtout à tous les oenophiles passionnés qui, par leurs réservations et leur commandes, nous transmettent une belle énergie pour poursuivre notre quête de perfection!

Escapade bourguignonne: dernière étape !

Jour 3 : Auxey-Duresses. Après un copieux petit-déjeuner préparé par la maitresse de maison Hélène Derats, nous passons directement en mode « découverte » de la production du domaine familial du Château de Melin 0ù nous logeons.

Panorama Melin 2 - 1

Le soleil se lève sur notre dernière journée…

Le vigneron et propriétaire des lieux, Arnaud Derats, nous emmène directement dans la cuverie pour un tour d’horizon complet de la production du domaine: Gevrey-Chambertin,  Chambolle-Musigny, Pommard, Meursault, Chassagne, Puligny-Montrachet, Santenay et bien d’autres appellations défilent… mais la vraie découverte reste le terroir d’origine de la famille Derat-Dumay, à savoir les trois appellations du village de Maranges.

Cuvée acquise aux enchères des Hospices par le domaine Derats-Dumay

Cette « mise en route » matinale se poursuit au cœur du terroir de Pommard où nous retrouvons Anne Bommelaer et son mari pour une autre autre dégustation privilégiée dans le chai d’un domaine familial vieux de quatre siècles: le Domaine de Courcel.

IMG_7158 - 1

Une dégustation mémorable avec Anne Bommelaer et son mari

L’essentiel de leur vignoble est composé d’appellations prestigieuses en premier cru, comme Le Grand Clos des Epenots, Les Rugiens, Les Fremiers, ou encore Les Croix Noires. Nous les dégustons directement sur pièce, sous la supervision de leur œnologue conseil, le très renommé Yves Confuron, qui en profite pour nous distiller de précieux conseils sur la gestion de l’élevage en barrique dans le respect du délicat Pinot Noir.

IMG_7144 - 1

De précieux échanges avec Yves Confuron…

Après la pause déjeuner, retour à Meursault…à la rencontre d’un valaisan de souche ! Blogueur et journaliste à ses heures, Patrick Essa gère le Domaine Buisson-Charles avec son épouse Catherine. Ce chablaisien d’origine y travaille de grands terroirs comme Meursault, Chablis, Corton Charlemagne, Puligny-Montrachet, ou Volnay. Après avoir fait le tour complet des barriques…nous entamons vaillemment la dégustation de nombreux beaux millésimes en bouteilles. Les vins sont tous précis et dotés d’un élevage particulièrement soigné…avec un coup de coeur pour la cuvée de Puligny-Montrachet « Le Cailleret », qui vient tout juste de rejoindre le parcellaire familial.

Concentration pour les anciens millésimes du Domaine Buisson-Charles

Nous consacrons ensuite la fin de notre voyage d’étude à quelques incontournables pélerinages, avec un haut-lieu de la Côte de Nuit pour commencer: la vigne mythique de la Romanée-Conti. A la réputation planétaire de ce cru répond magnifiquement l’extrême simplicité du parchet. Et nous ne résistons pas à l’envie de prendre la pose, avec le rêve qu’un jour les vins du Clos de Tsampéhro puissent provoquer les mêmes grandes émotions que semble engendrer ce grand vin auprès de ceux qui ont eu la chance d’y goûter.

IMG_7231 - 1

Les Tsampéhristes à la Romanée-Conti

Une visite à l’historique Clos de Vougeot ensuite, où dès le XIIème siècle les moines de l’abbaye de Cîteaux établirent une exploitation viticole au milieu des vignes. Situé au cœur de la route des Grands Crus, le château du Clos de Vougeot accueille toute l’année les amateurs d’histoire, d’architecture ou de vin… Les réceptions données dans ce cadre unique sont mondialement connues et le jour de notre visite, c’est paré des couleurs de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin qu’il se présentait à nous.

IMG_7203 - 1

Le Clos de Vougeot et son Château

Enfin, récompense méritée après tant de travail et de dévotion, notre dernière soirée fera la part belle aux arts de la table avec le « dîner du Président »: nous rejoignons donc joyeusement la maison Lameloise à Chagny-en-Bourgogne, ambassadrice depuis 1921 de la haute-gastronomie bourguignonne. Eric Pras y fait largement honneur aux 3 macarons Michelin de l’établissement avec une cuisine d’une délicatesse incroyable, relevée par une sélection divine de « crus régionaux » du chef sommelier. Ce dernier, comprenant après quelques bouteilles qu’une soif inextinguible…de découverte nous animait, finit par plonger plus profond dans sa cave pour en remonter un très rare flacon de Corton-Charlemagne Coche-Dury 2005…d’anthologie.

Lameloise 3 - 1

Crêpes Suzette flambées au Grand Marnier à Lameloise

Jour 4 :  Le retour en Valais se fera évidemment via Bâle pour y vivre un autre grand moment festif : cinquante ans après son premier sacre, le FC Sion inscrit sous nos yeux un nouveau chapitre de sa légende en remportant sa 13ème finale de Coupe de Suisse. L’heure du retour ne sera pas dévoilée…

Finale FC SION 6 -1

Sur le chemin du retour, le FC Sion remporte sa 13ème Coupe de Suisse !

Waterloo ou the Bubble Battle pour Tsampéhro…

En cette année 2015 où le canton du Valais fête le bicentenaire de son entrée dans la Confédération, il est un évènement historique à l’origine de ce ralliement qui signe également ses 200 ans:  la bataille de Waterloo. Elle s’est déroulée le 18 juin 1815, en Belgique, à vingt kilomètres de Bruxelles. Elle a opposé l’armée française, emmenée par l’Empereur Napoléon Ier, à une alliance militaire conduite par le Duc de Wellington et composée de troupes britanniques, allemandes (contingents du Hanovre, du Brunswick, du Nassau) et néerlandaises (unités belges et hollandaises), et bientôt rejointe par l’armée prussienne, commandée par le Maréchal Blücher. Elle s’est soldée par la défaite totale de l’armée française. Napoléon abdiquera quatre jours plus tard à son retour à Paris, le 22 juin.

Waterloo

Pour marquer cet anniversaire d’une manière très amicale et totalement pacifique, une équipe quadripartite de journalistes et dégustateurs passionnés, emmenée par David Cobbold, ont revisité  cette bataille le 7 juin dernier à Bruxelles avec des vins effervescents issus des pays impliqués dans la bataille:

  • pour l’Angleterre : Michael Edwards et David Cobbold
  • pour la Belgique:  Marc Vanhellemont, Luc Meyermans et Hilde Jonkheere
  • pour l’Allemagne : Klaus Hermann et Jorg Winkler
  • pour la France : Hervé Lalau, Olivier Borneuf, Xavier Leclerc et Christophe Macra (MW)

Et voilà que sur l’initiative d’Alexandre Truffer, rédacteur de la Revue Européenne du vin, le Clos de Tsampéhro Extra Brut (Edition II) se retrouve engagé sur ce champ de bataille épicurien, à l’instar des mercenaires suisses de l’époque qui offraient volontiers leurs services au plus offrant !

waterloo-battle-2015-010Le Clos de Tsampéhro Extra Brut, seul représentant suisse du contingent, compte donc parmi les 34 figurants de cette reconstitution (10 bulles champenoises, 14 bulles allemandes, 7 anglaises et 3 autres en provenance de la Belgique, de la Suisse et d’Alsace). Et le résultat annonce une belle surprise : après plusieurs séries de sélection, Tsampéhro se hisse en finale et se retrouve en sixième position ex-æquo avec la Cuvée Blanc de Blanc de la célèbre maison Ruinart: agréable compagnie ! Il laisse au passage d’excellentes impressions parmi les jurés, deux dégustateurs lui ayant par ailleurs attribué une note de 16,5/20 – parmi les plus hautes du panel, hors de la finale.

Les vins finalistes, dans l’ordre de leur notation :

  • 1er: Champagne Charles Heidsieck Brut Réserve (France)
  • 2ème: Champagne Henriot Brut Souverain (France)
  • 3ème: Bardong Chardonnay Brut (Allemagne)
  • 4ème: Nyetimber Classic Cuvée 2010 (Angleterre)
  • 5ème: Champagne Roederer Brut Premier (France)
  • 6èmes ex-aequo: Champagne Ruinart Blanc de Blancs (France) & Tsampéhro (Valais, Suisse)
  • 8ème: Denbies Cubitt Reserve (Angleterre)
  • 9ème: Von Buhl (Pfalz, Allemagne)

Voilà un joli retour qui nous encourage à persévérer. Un tout grand merci aux rédacteurs du blog « Les 5 du Vin » pour l’organisation de cette dégustation mais aussi à Alexandre Truffer pour avoir permis la liaison entre Valais et Waterloo !

Nous vous proposons de revivre cet évènement à travers les articles du blog « Les 5 du vin » avec les liens ci-dessous :

Hasard du calendrier, le Nouvelliste vient de recommander le Clos de Tsampéhro Extra Brut II dans sa sélection de Noël : découvrez sous quelle forme en téléchargeant l’article du 01 décembre…untitled

 

Escapade bourguignonne: la suite !

Jour 2 (Suite). Après notre visite au domaine Bonneau du Matray, nous prenons congé à regret de Monsieur de la Morinière pour rejoindre un autre haut lieu de la viticulture bourguignonne, à savoir la cuverie des Hospices de Beaune. Nous y sommes accueillis pour une visite privée par une personnalité féminine – Ludivine Griveau – sur laquelle tous les projecteurs de la profession se sont braqués récemment: en effet, depuis la création des Hospices par le chancelier du Duc de Bourgogne et son épouse Guigone de Salins, jamais une femme n’avait pris la direction du prestigieux établissement. Entre multitude d’appellations prestigieuses, cuverie moderne et chai à barriques de grande tradition, nous prenons rapidement la mesure du défi qui l’attend !

IMG_7028 - 1

Ludivine Griveau, œnologue et régisseuse des Hospices de Beaune

Ludivine nous propose une dégustation privilégiée de nombreux crus en bouteille, au cœur d’un chai étonnamment vide…Situation rare mais finalement logique puisque toute la production est vendue au cours de la mythique « vente aux enchères » automnale. Cela permet encore aujourd’hui, selon le souhait des fondateurs, de subvenir aux frais de gestion de l’hôpital local.

Panorama Hospices 2 - 1

Un vue du chai des Hospices de Beaune, étonnamment vide.

Ragaillardi, nous reprenons la route en direction du magnifique village de Meursault pour notre dernière étape « technique » du jour chez François Mikulski. Nous souhaitions découvrir in situ le domaine de ce vigneron au crédo affirmé: authenticité, pureté et élégance ! Accueil chaleureux, même si nous devons intégrer un groupe éclectique de visiteurs, dont fait partie Feliciano Giadi, une des six « icônes du vin suisse » du Gault et Millau 2016 !

Le Domaine François Mikulski, avec vue sur la côte de Beaune.

Le domaine étant relativement peu accessible aux visiteurs, c’est un vrai plaisir que de découvrir ses vins tendus et racés avec, au final, un bilan au-delà de nos espérances. Repérant facilement les valaisans, François Mikulski nous invite, une fois le reste du groupe reparti, à partager l’apéritif sur sa terrasse familiale, en commençant par…une bière rafraîchissante ! Belle opportunité d’échanger plus en profondeur sur nos pratiques viticoles respectives.

IMG_7069 - 1

Un bon moment de partage brassicole…

Tsampéhro à l’heure du Bilan…

Bilan mag 2015

Le Clos de Tsampéhro est sympathiquement mis en avant dans le magazine Bilan début octobre, sous la plume de Chantal Mathey de Senger. Un bel article sur l’aventure Tsampéhro, relatés en termes très positifs, et où nous côtoyons l’illustre Benoît Violier et l’excellent domaine Gantenbein ! Vous pouvez accéder à l’article de Bilan ICI.

Tsampéhro Haute Couture !

Hermès 1

Pour sa 7ème édition, les plus belles enseignes de luxe de la Cité de Calvin ont à nouveau offert à leurs clients des « Vendanges de Genève » exclusives. Quel meilleur écrin que les boutiques de la rue du Rhône pour présenter une belle palette des derniers crus suisses dans une opération originale associant prestige et plaisir gourmand ?

Hermès 3

Tsampéhro a pris part à cette rencontre de septembre en prenant ses quartier dans la magnifique boutique Hermès. Les (très…) nombreux participants conviés pour l’évènement ont pu se délecter des trois crus du Clos de Tsampéhro,  accompagnés des créations gourmandes du restaurant « La Réserve », tout en découvrant les créations haute couture de la ligne Hermès. Grande classe !

Hermès 4

L’invité du Tsampéhro : David Pasquiet, Artisan Chocolatier !

L’Espace Tsampéhro accueillera fin novembre son troisième « Invité du Tsampéhro» pour cette année 2015. Placé sous l’égide du partage et de la convivialité, ce rendez-vous trimestriel fait la part belle à une personnalité de premier plan dans le domaine culturel, scientifique, technique ou social. Après une courte conférence thématique, l’allocution sera suivie par des échanges entre l’audience et l’invité du jour. Et pour « animer » le débat, les crus du Clos de Tsampéhro seront servis à nos convives, accompagnés d’une sympathique agape gourmande en cours de soirée.

Pour cette sixième édition, nous vous proposons de venir à la rencontre de Monsieur David Pasquiet, artisan chocolatier.

Art exigeant plutôt que sciences, le chocolat le pousse chaque jour à se dépasser pour satisfaire les exigences des plus fins becs. Le plaisir de vous satisfaire c’est son credo. Lors de cette soirée conférence dédiée à un artisan chocolatier passionné, David partagera avec vous toutes les subtilités du chocolat et reviendra sur son parcours de vie plutôt original. Un évènement recommandé pour tous les gourmands !

Cette soirée conférence est ouverte à tout public, du néophyte au spécialiste, vous êtes donc tous les bienvenus.

Nous attendons vos inscriptions pour cette soirée qui se tiendra le jeudi 26 novembre 2015 à 19h00 à l’Espace Tsampéhro (Cave La Romaine, route de Granges 124 – 3978 Flanthey).

Tarif par personne : CHF 70.-, uniquement sur inscription sur notre formulaire, ou par Email ou par SMS (079.745.18.17) avec coordonnées complètes des participants.

Escapade bourguignonne: première étape…

Comme chaque année, le quatuor Tsampéhro s’est autorisé au mois de juin un « voyage d’étude » œnologique à la fois technique et…hédoniste. Ces escapades nous permettent de découvrir d’autres savoir-faire dans des régions viticoles de premier plan et de les intégrer…un peu…dans nos pratiques, sans pour autant bouleverser nos solides bases de travail et nos convictions. C’est bien souvent par une série de tout petits détails dans les protocoles viticoles, œnologiques ou même commerciaux qu’on peut encore faire avancer notre quête d’absolu bacchique. Ainsi, après une incursion en terres bordelaises sur la thématique de l’élevage des vins rouges en 2013, et un périple champenois en 2014, nous avons choisi cette année de nous confronter à un des « lieux saints » de la production de vins blancs, à savoir la Bourgogne, au travers d’une sélection de ses plus beaux domaines. Ci-après un compte-rendu, étape par étape et en plusieurs billets, de ce séjour magique:

Bourgogne 53

 Découverte du vignoble de Bruno Lorenzon à Mercurey 

Etape 1: pour joindre l’utile à l’agréable lors du voyage « aller », nous avons marqué une première pause dans le Mâconnais chez l’une des étoiles montantes de cette partie sud de la Grande Bourgogne : Bruno Lorenzon. Il nous accueille dans son fief de Mercurey, dans le vignoble, où après une courte séance explicative nous prenons immédiatement la mesure de l’originalité de son travail à la vigne, avec notamment une gestion du feuillage qui ne subit pratiquement pas de « rognage » durant la saison et un labourage hyper-minutieux des sols. Nous dégustons ensuite quelques crus du domaine directement sur pièce. Les élevages sont précis, tout est là pour révéler des vins au plus près du terroir et du millésime. Au fil de nos conversation, filtre aussi l’étendue de l’expérience acquise par Bruno tout au long de son passé de consultant oenologique à travers la planète…Belle rencontre.

IMG_6799 1

Jardin botanique médicinal du Domaine de la Vougeraie

Avant de rejoindre notre lieu de villégiature, nous effectuons encore une halte dans un des plus beaux domaines de la Côte de Nuit à Premeaux Prissey, le Domaine de la Vougeraie. Nous sommes reçus par Pierre Vincent, son régisseur (ancien collègue de promotion d’Emmanuel Charpin), récemment distingué « Meilleur Vinificateur de vin rouge » par l’International Wine Challenge (il était par ailleurs déjà détenteur du titre en 2010 !).

Bourgogne 6

Le chai du Domaine de la Vougeraie

Pierre nous fait tout d’abord découvrir son jardin de plantes médicinales destinées aux traitement biodynamiques du domaine. Puis, il nous explique que les douelles des barriques utilisées par l’exploitation sont séchées sur place afin d’en contrôler le cycle de maturation…Il nous dirige enfin vers le chai à barrique, dédale de salles et de niches dédiées à l’élevage de grands vins, pour une véritable dégustation de privilégiés…d’autant plus que la cave est loin d’être pleine, fâcheuse conséquence d’une succession de millésimes peu généreux (météo compliquée, grêles, coulures, etc.).

Sur ce dernier point, nous retrouvons quelques similitudes avec notre contexte valaisan…avant de devoir reprendre, conquis, notre chemin jusqu’au Château de Melin à Auxey-Duresse, où nous allons séjourner.

Bourgogne 8Notre demeure durant le séjour : Le Château de Melin à Auxey-Duresses (Famille Dumay-Derats)

Maison de verre…Edition III !

Mise 2015

Après de longs mois de maturation sous bois, les vins du Clos de Tsampéhro sont prêts pour investir leur « maison de verre ». Cette ultime étape clôture plus de trois années de travail depuis les premiers travaux viticoles jusqu’à la mise en bouteille…A ce stade, il s’agit donc de ne pas commettre d’impairs: une seconde d’inattention ou un réglage approximatif peuvent générer une petite catastrophe. Mais c’est sans compter sur la précieuse expérience de l’équipe de la cave La Romaine: chaque geste est maitrisé et la « tireuse » n’a plus  aucun secret pour eux…

Mise 2015 - 1

Dans leur nouvel abri cependant, les vins devront se remettre progressivement de cette opération dans les semaines qui viennent. Courte pause bien méritée avant de prendre le chemin des caves des restaurateurs et amateurs qui en auront réservé. Encore quelques bouteilles disponibles…

 

 

Tsampéhro@Gault&Millau2016 !

Gault Millau

Gault & Millau vient tout juste de publier la liste très attendue des 100 meilleurs vignerons de Suisse 2016…et le Clos de Tsampéhro en fait partie ! Après deux millésimes, nous voici donc très honorés de compter parmi la crème des producteurs helvétiques. Cette distinction représente un bel encouragement à poursuivre notre quête de perfection bachique.

Mais nous dédions avant tout ce succès à tous les « aficionados » de la première heure qui nous suivent depuis le début de l’aventure Tsampéhro. C’est en effet ici une belle occasion de remercier toutes les personnes qui contribuent au développement et à la mise en avant des vins du Clos: sommeliers de belles maisons, cavistes exigeants, journalistes passionnés…et amateurs hédonistes, sans oublier les nombreux acteurs qui, dans l’ombre, prodiguent leurs bons soins aux ceps et aux vins en élevage du Clos de Tsampéhro. Merci !

Pour la première fois aussi, le fameux livre rouge a canonisé six « icônes du vin suisse » lors de la cérémonie annuelle de présentation des 100 meilleurs vignerons. Le jury, qu’ont rejoint cette année Paolo Basso, Meilleur Sommelier du Monde, et Jacques Perrin, membre du Grand Jury Européen, a dressé une liste réunissant la valaisanne Marie-Thérèse Chappaz, le genevois Jean-Pierre Pellegrin, le grison Daniel Gantenbein, le neuchâtelois Jacques Tatasciore, le tessinois Feliciano Gialdi et le vaudois Louis-Philippe Bovard. Le Team Tasampéhro les félicite chaleureusement et adresse une dédicace toute personnelle à Marie-Thérèse Chappaz, dont la contribution à la reconnaissance des vins suisses hors de nos frontières nous semble exceptionnelle !

Gault&Millau

Édition V…vendanges précoces !

Chardonnay 2015 - 4

Dès la fin du mois d’août, les premiers coups de sécateur résonnaient déjà dans les rangs du Clos de Tsampéhro. C’est sous un soleil radieux que les vendanges de l’Édition V ont commencé, à l’aube, le mardi 28 août 2015 avec le Chardonnay et le Pinot Noir  destinés au Tsampéhro Extra Brut, et récoltés tôt pour conserver une précieuse et bienvenue acidité. Une vendange superbe laissant présager d’un très beau millésime… Mais rien n’est encore gagné puisque la campagne des dix cépages du Clos ne faisait que débuter ! La Petite Arvine a suivi très vite après pour finaliser la cuvée effervescente, puis le Completer, l’Heida et la Rèze ont également rejoint le pressoir. Ces trois là dessineront le nouveau profil du Tsampéhro Blanc, puisque c’est la première fois qu’une touche de Completer y est associé. Enfin, le quatuor des cépages rouges clôturerons la récolte d’ici quelques semaines…

Chardonnay 2015 - 5

Dans l’intervalle, après la phase délicate des pressurages, Vincent Tenud va déjà devoir se concentrer à 100% sur les premières phases de vinification du Clos de Tsampéhro Extra Brut…à déguster seulement fin 2019 ! En attendant, plongez vous dans l’ambiance des vendanges 2015 en visionnant cette petite séquence…

Clos vendanges Brut 2015

Tsampéhro : Parmi les vins cultes…

Bouchons

Le CAVE SA (Club des Amateurs de Vins Exquis, à Gland) fait partie des leaders d’opinion qui comptent dans la vinosphère helvétique. En sus de l’impressionnante sélection de crus locaux et internationaux que ce caviste pointu propose, son fondateur Jacques Perrin distille également ses expériences de vie et ses pensées au travers d’un blog personnel (www.jacquesperrin.ch). Secondé par son talentueux bras droit, Nicolas Herbin, il organise aussi régulièrement des dégustations thématiques ou techniques au sein du Club. C’est ainsi que les vins du Clos de Tsampéhro ont eu le privilège de figurer récemment dans une session dédiée aux « nouveaux vins cultes du Valais ». Une quinzaine de crus emblématiques ont été réunis sur la même table et servis à l’aveugle, par petits groupes de deux ou trois vins, à un collège de dégustateurs réunissant autant des vignerons de renom que des fins becs rodés à l’exercice. La semaine dernière, Nicolas Herbin a livré ses propres impressions et commentaires de dégustation: beaucoup de belles bouteilles, au milieu desquelles les vins du Clos de Tsampéhro s’en sortent avec les honneurs. Belle satisfaction pour nous !

Découvrez le nouveau post du blog de Jacques Perrin

L’invité du Tsampéhro : Damien-Jérôme Evéquoz !

L’Espace Tsampéhro accueillera fin mars son deuxième « Invité du Tsampéhro» pour cette année 2015. Placé sous l’égide du partage et de la convivialité, ce rendez-vous trimestriel fait la part belle à une personnalité de premier plan dans le domaine culturel, scientifique, technique ou social. Après une courte conférence thématique, l’allocution sera suivie par des échanges entre l’audience et l’invité du jour. Et pour « animer » le débat, les crus du Clos de Tsampéhro seront servis à nos convives, accompagnés d’une sympathique agape gourmande en cours de soirée.

Pour cette cinquième édition, nous vous proposons de venir à la rencontre de Monsieur Damien Jérôme Evéquoz,  Géobiologiste et Sourcier.

De la vigne au vin, l’eau fait partie intégrante de l’univers viticole. Mais connaissons-nous vraiment son impact profond sur la vigne et sa capacité à transmettre l’expression d’un terroir ? Enseignant, conférencier, expert en détection des eaux souterraines, Damien Jérôme partagera avec vous son expérience de plus de quinze ans pour mieux comprendre le lien entre l’eau, le terroir et le vin.

Cette soirée conférence est ouverte à tout public, du néophyte au spécialiste, vous êtes donc tous les bienvenus.

Nous attendons vos inscriptions pour cette soirée qui se tiendra le jeudi 17 septembre 2015 à 19h00 à l’Espace Tsampéhro (Cave La Romaine, route de Granges 124 – 3978 Flanthey).

Tarif par personne : CHF 70.-, uniquement sur inscription sur notre formulaire, ou par Email ou par SMS (079.745.18.17) avec coordonnées complètes des participants.

Tsampéhro@MilanoExpo2015

Milan

Petite escapade Tsampéhro à l’occasion de l‘Exposition Universelle 2015 : à l’occasion d’un week-end de valorisation de l’artisanat et des entreprises valaisannes au Pavillon Suisse, la Chambre Valaisanne de Commerce et de l’Industrie a présenté les nombreux savoir-faire du canton. Dans ce cadre, l’entreprise d’ébénisterie Eskiss de Martigny (spécialiste du design et de la conception de mobilier sur mesure) a créé une table originale, réalisée à partir d’éléments de caisse de vin. Sollicité pour prendre part à l’aventure, nous avons bien évidemment fourni quelques caisses (vides…) du Clos de Tsampéhro pour permettre la réalisation de l’objet !

Et c’est ainsi que les 13 et 14 juin dernier, lors de la visite du pavillon par la délégation des entrepreneurs valaisans, la fameuse table a pu être contemplée pour la première fois. Mais pour tous ceux qui n’ont pas s’y rendre à ce moment là, sachez que l’entreprise Eskiss envisage de la placer en exposition permanente dans l’enceinte du CERM de Martigny, puis ensuite de l’exposer encore lors de la prochaine édition de la Foire du Valais.

Et pour tous ceux qui se rendront prochainement à Milan, n’oubliez pas d’aller y admirer l’extraordinaire pavillon de promotion des vins italiens: 1300 vins en Oenomatic ! Prévoyez la durée de votre séjour en fonction…

Milan 1

Fort…Tsampéhro !

Porche du Clos 1

Le Clos de Tsampéhro poursuit ses transformations et s’affiche aujourd’hui en lettres de bronze ! En effet, on y accède depuis peu en passant sous un grand porche qui marque l’entrée du domaine.

Cette imposante structure accueille désormais les visiteurs en leur montrant la voie conduisant au cœur de ce terroir d’exception ainsi qu’à ses guérites de réception. La combinaison du mélèze et du bronze, évocatrice à la fois de noblesse et de force, place ainsi notre arche au rang de « gardienne du patrimoine ».

Porche du Clos

L’ensemble est évidemment surmonté du grand « T » de Tsampéhro, comme un trait d’union entre ciel et terroir…Bienvenue au Clos de Tsampéhro !

Précommande Édition III & Caves Ouvertes

Voici (re-)venu le temps…des Caves Ouvertes en Valais ! Vous êtes cordialement invité à nous rendre visite à la Cave La Romaine du 14 au 16 mai de 11 h à 19 h, pour découvrir les vins de ce domaine dans leur nouveau millésime.

Ces dates correspondent aussi au lancement « officiel » des pré-commandes pour les vins du Clos de Tsampéhro, Édition III (vendanges 2013) ! Comme l’an dernier, des tarifs préférentiels sont offerts pour les commandes passées à la cave ou par internet (formulaire de réservation) et ce uniquement jusqu’au 30 juin 2015 (livraison courant novembre 2015). Les quantités seront à nouveau très limitées, puisque seulement 3’000 bouteilles de Clos de Tsampéhro Rouge 2013 (dont 150 magnums) et 1’200 bouteilles de Clos de Tsampéhro Blanc 2013 ont été produites dans cette Édition III. Et une partie d’entre elles sont déjà réservées par les restaurateurs et les aficionados …

Quant au Clos de Tsampéhro Brut Édition II, et bien il sera enfin disponible ! Notre volonté de porter à trois ans son élevage sur lattes a porté ses fruits et votre patience sera récompensée…cependant seulement 900 flacons disponibles…

Offre spéciale en précommande (valable jusqu’au 30 juin 2015): 

  • Le coffret bois de 3 bouteilles de Clos de Tsampéhro (1 Blanc (III), 1 Rouges (III) et 1 Extra Brut (II)) à Fr. 139.- (au lieu de Fr. 155-)
  • Le carton de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Extra Brut (II) à Fr. 199.- (au lieu de Fr. 228.-)
  • La caisse bois de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Blanc (III) à Fr. 199.- (au lieu de Fr. 228.-)
  • La caisse bois de 6 bouteilles de Clos de Tsampéhro Rouge (III) à Fr. 419.- (au lieu de Fr. 474.-)
  • Le magnum de Clos de Tsampéhro Rouge (III) en caisse bois à Fr. 149.- (au lieu de Fr. 169.-)
  • L’assortiment de 18 bouteilles de Clos de Tsampéhro (6 Blanc (III), 6 Rouges (III) et 6 Extra Brut (II))  à Fr. 799.- (au lieu de Fr. 930.-)

(livraison franco-domicile en Suisse dès Fr. 500.- de commande; les prix départ cave des vins du Clos de Tsampéhro sont fixés à Fr. 79.- l’unité pour le Tsampéhro Rouge et Fr. 38.- l’unité pour le Tsampéhro Blanc et le Tsampéhro Brut)

Au frais…le chai !

Groupe Froid 1

Malgré le mois de mars le plus chaud de l’Histoire, selon les météorologues, un air de fraîcheur souffle depuis le début de l’année déjà sur les barriques de Tsampéhro ! En effet, il ne nous manquait plus que l’installation d’un système de climatisation de qualité (au plafond du chai sur la photo) pour garantir au chai de Tsampéhro la maîtrise de chacune des variables environnementales. Certes, les dernières années n’ont pas été caniculaires, et la température moyenne de cet espace n’a jamais dépassé les seuils déterminant une parfaite condition d’élevage. Certes aussi, le chai jouit d’une exposition Nord-Est, une grande partie de sa surface est souterraine et il est, de surcroît, déjà bien isolé techniquement. Cependant, pour soustraire les vins du Clos de Tsampéhro à tout éventuel excès de Mère Nature…et fidèle à notre quête du « zéro-compromis », il nous fallait encore équiper notre chai d’une solide infrastructure de réfrigération. Ainsi fut donc fait. Et au delà des attentes œnologiques, ce système représentera aussi une arme efficace pour s’affranchir de tout développement de moisissures ou autres parasites cryptogamiques indésirables sur les parois du site.

En complément du système d’humidification déjà installé, nous voilà donc fin prêt pour garantir l’environnement idéal à une parfaite maturation des futurs flacons de Tsampéhro…et si la légendaire chaleur estivale du Valais Central vous prend un jour par surprise, n’hésitez pas à venir à notre rencontre pour une dégustation rafraichissante !

« Taille tôt, taille tard… »

Taille 2015 1

« Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de mars ! ». Ce vieux adage, bien connu des vignerons, valorise le mois de transition de l’hiver vers le printemps pour réussir la première étape clé de la saison viticole. Joël Briguet, toujours très respectueux du savoir des anciens, le met en pratique cette année pour les vignes du Clos. Sur la quinzaine d’hectares que Joël « travaille » à l’année, il met toujours un point d’honneur à s’occuper personnellement des ceps de Tsampéhro. Les parchets les plus jeunes requièrent une attention accrue: chaque pied est donc observé attentivement avant de porter l’irrémédiable coup de sécateur. Le geste précis de l’expert façonne ainsi la plante pour lui conférer force et tenue sur la durée.

Taille 2015 3

Ici, Joël « sculpte » un cep de Merlot pour lui donner sa configuration finale en « Cordon de Royat » : développée à la ferme-école de Royat (dans l’Ariège, en France) au 19ème siècle, cette taille courte de la vigne est aujourd’hui largement pratiquée dans le monde entier. Malgré sa mise en place délicate, elle amène de multiples avantages qualitatifs, notamment une meilleur maitrise des rendements et une maturité plus homogène de la vendange. Les grappes peuvent aussi être progressivement mieux orientées, et profiter d’une aération et d’un ensoleillement optimaux selon les expositions.

Taille 2015 2

Après quelques dizaines de milliers de « clics », la taille 2015 du Clos de Tsampéhro se termine sous un beau soleil printanier et la satisfaction du devoir accompli…même si tout reste encore à faire pour nous mener vers l’Edition V des vins du Clos…

L’invité du Tsampéhro: Robert Bolognesi !

L’Espace Tsampéhro accueillera fin mars son premier « Invité du Tsampéhro» pour cette année 2015. Placé sous l’égide du partage et de la convivialité, ce rendez-vous trimestriel fait la part belle à une personnalité de premier plan dans le domaine culturel, scientifique, technique ou social. Après une courte conférence thématique, l’allocution sera suivie par des échanges entre l’audience et l’invité du jour. Et pour « animer » le débat, les crus du Clos de Tsampéhro seront servis à nos convives, accompagnés d’une sympathique agape gourmande en cours de soirée.

Pour cette quatrième édition, nous vous proposons de venir à la rencontre de Monsieur Robert Bolognesi,  nivologue et météorologue reconnu.

Un pied dans la poudreuse, l’autre dans son laboratoire, c’est ainsi que Robert Bolognesi envisage son métier de nivologue (spécialiste de la neige et des avalanches). Artiste, aventurier et scientifique, ce fin connaisseur du manteau neigeux a fondé en 1999 la société METEORISK qui modélise et prévient les risques d’origine météorologiques et plus précisément les dangers liés aux chutes de neige. Il partagera avec vous ses connaissances et son expertise en cette période propice aux avalanches.

Cette soirée conférence est ouverte à tout public, du néophyte au spécialiste, vous êtes donc tous les bienvenus.

Nous attendons vos inscriptions pour cette soirée qui se tiendra le vendredi 27 mars 2015 à 19h30 à l’Espace Tsampéhro (Cave La Romaine, route de Granges 124 – 3978 Flanthey).

Tarif par personne : CHF 70.-, uniquement sur inscription sur notre formulaire, ou par Email ou par SMS (079.745.18.17) avec coordonnées complètes des participants.

Mano pavardė yra Tsampéhro !

Article DWCC Lituanie Site

Comment mieux revenir sur la prestigieuse dégustation des « Vins Iconiques Suisses » organisée dans le cadre de la conférence DWCC à Montreux l’an dernier, qu’en vous livrant un chouette retour fraichement paru dans la presse spécialisée…lituanienne…dans la revue « Vyno Klubas » !  En effet, durant ce grand raoût annuel de la presse et des médias numériques autour du vin, avait été organisée une confrontation de grands crus suisses parmi lesquels on retrouvait quelques-unes des meilleures étiquettes helvétiques (Brivio Vini, Marie-Thérèse Chappaz, Gantenbein, Pierre-Luc Leyvraz, Domaine les Hutins, etc.). Chaque vin de la courte sélection retenue fut commenté par Paolo Basso en personne (Meilleur Sommelier du Monde 2013), devant un parterre d’une centaine de journalistes spécialisés en provenance du monde entier. Le Clos de Tsampéhro a eu le grand privilège de figurer dans les vins suisses présentés comme « iconiques » avec son Édition I Tsampéhro Rouge, et n’a visiblement pas laissé l’expert Arünas Starkus indifférent : une note de 95/100 lui est attribuée, le classant sur le podium aux côtés de l’Electus 2010 de Provins et d’un extraordinaire Grain Noble 2001 de Marie-Thérèse Chappaz! Peut-être pourrons-nous goûter prochainement aux joies du Tsampéhro, accompagné de šašlykas, sur une terrasse de Vilnius ?

Consulter l’article en PDF  ou dans notre rubrique Médias… P.S.: « Mano pavardė yra Tsampéhro » se traduit « Mon nom est Tsampéhro! »

Jancis Robinson (bis)…

Suite à son voyage en Suisse en novembre dernier – avec une visite au Clos de Tsampéhro – Jancis Robinson s’est fendue récemment d’un article très sympa dans le grand quotidien britannique Financial Times, où l’experte met en avant ses vingt coups de cœur, dont l’Édition I Rouge du Clos de Tsampéhro !

Financial Times – Jancis Robinson en Valais

Tsampéhro…Outre-Sarine !

SCHWEIZERISCHE WEINZEITUNG couverture 10-2014

Chaque été, le Parkhotel Bellevue à Adelboden organise une somptueuse soirée gourmande qui fait la part belle aux vins suisses. Cette année, les vins du Clos de Tsampéhro (Blanc et Rouge) ont été sélectionnés pour figurer parmi les crus de ce menu d’exception. Organisateur de cette soirée avec Irène et Martin Müller, gérants de l’établissement, le rédacteur de la Schweizerische Weinzeitung, Stefan Keller, nous a ensuite fait les honneurs de sa revue ! De jolis commentaires de dégustation, notamment pour notre Edition II (millésime 2012; disponible mi-novembre), qui nous encouragent à bosser encore plus dur…sur notre Edition III (millésime 2013) dont l’élevage en barrique se poursuit patiemment au chai du Clos… et sur la vinification de l’Edition IV (millésime 2014) qui s’accomplit en ce moment même dans nos cuves bois tronconiques. Voici le lien vers l’article de Stefan Keller.